vendredi 9 mars 2012

Ici Paris commence
ou Paris a peut-être commencé hier, sur le tarmacadam humide d'Orly, tandis que l'avion patientait afin de pouvoir stationner
-moi, je n'y tenais plus, au son assourdissant et aigu du moteur ronronnant.
La loupiote indiquait : maintenir la ceinture attachée.
Tout est suspendu comme une illusion. Je sais que de vieilles habitudes m'attendront sur le tapis de bagages, porte 2.
Les fines gouttelettes de pluie viennent doucement s'écraser contre le hublot.

Ici
Paris commence
aussi
bousculée dans le métro, je ne dis rien, laisse faire, vous pouvez m'écraser la tête contre les rails, rouler dessus, c'est pareil.
C'est violent comme les gouttelettes, un peu plus tôt, s'écrasant contre le hublot.

Ici Paris commence
encore
mon tilleul est dégueulasse et le café crie
viennent s'écraser contre mes tempes les touktouktouk indigestes de la radio
bientôt 19h, la journée n'a déjà que trop duré sommeil court insomnie jetlag puissant tellement puissant ventre frigo vides temps long temps démesurément long