mardi 16 juillet 2013

Après avoir mené une vie exemplaire,
sur près de trente-trois ans,
s'illustrant dans le métro-boulot-dodo-urbain,
après avoir baisé, ici et là,
Minute se décidait à s'installer ailleurs,
un ailleurs qu'elle pouvait nommer, comme on baptise un enfant pour le reconnaître parmi les autres.
Là, une nouvelle correspondance voit le jour ; et, loin de l'immédiateté des choses, elles écrit, appose un timbre-poste léché, puis attend en retour, retrouvant le bon goût du temps qui passe comme lorsqu'elle était gamine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire