vendredi 19 juillet 2013

Porte des Lilas, 20h15.
L'autobus à trois chiffres décélère 
au fur et à mesure qu'il 
approche de la frontière, 
se fondant dans la masse des 
automobiles les pots d'échappement 
trépignant d'impatience

Tandis qu'au même moment
les rues se vident, l'inévitable 
hors-saison parisienne s'ouvre : 
les vitrines des magasins annoncent déjà 
la fin du monde, affichant en toutes lettres 
bien visibles 
"soldes, derniers jours".
Bientôt il n'y aura plus rien à revendre. 
Pas une âme, 
pas un souffle d'air  
- et Paris capitale du silence, 
des exilés immobiles, 
torpeur des faubourgs, 
le temps suspendu à un réverbère - une étoile ?



1 commentaire: